• Bon voilà, j'ai déménagé au bord de la mer en 2007. Auparavant, j'avais fait un peu de planche, possédé un kayac, un mousse, fait de la caravelle, de l'opti, du topper et de la caragogne et j'avais envie d'avoir mon "mouille-cul" à moi, histoire d'aller voir la côte d'émeraude sous des angles différents.

    Et, comme tout humain qui se respecte j'ai qq rêves à réaliser et depuis ma première balade sur le lac de Garde et à Venise, je suis revenu avec des images plein la tête:

    On a le droit de rêver, non ?

    comme ça

    On a le droit de rêver, non ?

    ou bien encore celle là :

    On a le droit de rêver, non ?

    Mais entre rêve et réalité il y a quelques détails que je ne peux ignorer...Et avec mon salaire de "bon petit soldat " de la République (correct par les temps qui courent, ne l'oublions pas, y'a pire..) c'est pas demain que je pourrai me le payer, d'autant qu'il n'est pas prévu que mon ministre de tutelle n'augmente mes revenus.

    C'est donc la mort dans l'âme que je dois reporter l'acquisition de cet Aquariva 33 qui doit surement s' échanger contre la modique et dérisoire somme de 4 à 500 000 zorros, et j'ai dû me creuser la cervelle afin de trouver quand même un moyen de réaliser une part de mon rêve.

    J'ai tenté de trouver une caragogne, sorte de "deux chevaux" de la mer, idéale, passe partout, remontant bien au près, pardonnant les erreurs, peu de tirant d'eau, un roof pour mettre les pique-nique, qq duvets et un réchaud. Bon c'est pas fulgurant comme un cata mais pour de faire du côtier simple en famille, ça serait bien:

    On a le droit de rêver, non ?

    Sauf que les caravelles cigogne ben sur le "bon coin coin" ça vaut un bras because à la mode de maintenant ou des marins las de sortir leur 12 mètres pour la demie journée ont repris et rénové ces vieilles coques qui valent souvent plus cher que leur prix d'achat initial..

    J'ai donc téléchargé le logiciel Delftship et commencé à faire des plans de bateau, et je suis arrivé à ça:

    On a le droit de rêver, non ?

     

    Peu de tirant d'eau comme la "gogne" assez léger pour ne pas avoir de mouillage, bref, ça me paraissait potable. Mais, je suis pas charpentier de marine et l'idée de risquer de construire un bateau qui ne convient pas m'a un peu refroidi. J'ai voulu faire valider les plans par un architecte naval histoire de ne pas me lancer au hasard. Les sommes demandées m'ont dissuadé. J'ai repris la quête du Graal.

    Après un paquet d'heures à surfer sur le net, j'ai découvert en Californie des gens très sympas qui permettent à des hurluberlus dans mon genre d’accéder à leur rêve en leur fournissant les plans de bateaux à construire soi-même.

    Glen-l

    et voilà l'idée: réaliser par moi même ça:

    On a le droit de rêver, non ?

    Bon en vrai, ça donne ça:

    On a le droit de rêver, non ?

    Et une fois mouillé:

    On a le droit de rêver, non ?

     


    votre commentaire
  • 15 septembre: la "madame de la poste" glisse dans la boite aux lettres une grosse enveloppe jaune,

    j'ai reçu les plans !

    matelassée et estampillée "from California, USA".

    j'ai reçu les plans !

    C'est nowel ! je vais pouvoir commencer !

    j'ai reçu les plans !

    Après qq photocopies et des heures de découpage et d'assemblage j'obtiens des gabarits:

    j'ai reçu les plans !


    votre commentaire
  • Michel m'a livré le contreplaqué pour tailler les renforts de membrures

    y'a d'la joie !

    Déjà qq heures pour tracer proprement et on obtient un joli puzzle

    y'a d'la joie !

    entre temps, j'ai confectionné le bati qui va servir de support au bateau retourné

    y'a d'la joie !

    Une petite journée chez Michel pour découper les membrures dans le Douglas que j'ai été cherché à Miniac Morvan aux Bois de St Malo.

    y'a d'la joie !

    Une fois posés sur le bâti, on obtient ça:

    y'a d'la joie !


    votre commentaire
  • Nouvelle journée:

    Découpage des renforts dans le contreplaqué, ça donne un joli tas de bouts de bois à assembler...

    tout de suite, la suite !

    J'ai installé le bâti là ou j'avais fait le paddle, un peu de ménage a fait du bien.

    Une planche de contre plaqué sert de support , on pose le premier couple:

    tout de suite, la suite !

    Un petit coup de résine époxy (là c'est l'étrave):

    tout de suite, la suite !

    Et hop premier de collé !

    tout de suite, la suite !

    Après 3 heures de boulot tout est assemblé, vissé collé:

    tout de suite, la suite !

    On dispose le tout sur le bâti, j'en ai profité pour faire des marques pour centrer les couples longitudinalement et dans la largeur, j'ai utilisé le niveau laser du carrelage...Je suis à 2 mm de voile sur 5 m de long.

    tout de suite, la suite !


    votre commentaire
  • Hier, petite soirée dans le canap avec mes membrures pour tracer l'emplacement des lattes et de la quille

    étrave

    un petit coup de scie sauteuse pour évider

    étrave et tableau arrière

    traçage sur le contreplaqué

    étrave et tableau arrière

    collage

    étrave et tableau arrière

     


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique